Mot-clé - Calanques de Cassis.

Fil des billets

lundi, novembre 5 2007

Randonnue : Calanques de Cassis

Le rendez-vous est prévu à 10h30. Le temps de venir de Coursegoules puis de prendre Daniel et Vicky à Mandelieu, nous arrivons sur le parking du col de la Gardiolle à 11h00. Je n’avais pas prévu la traversée de Cagnes-sur-mer qui m’a pris ½ heure de plus. Tout le groupe est encore là prêt à partir. Le temps de faire connaissance avec le groupe, nous voilà partis. La piste suit la crête, le mistral frais souffle modérément. J’ai sur moi un T-shirt et un sweat, je me demande si on va pouvoir se mettre nu. Dans la précipitation du départ, je m’aperçois que j’ai oublié mon téléphone et mes papiers en vue dans la voiture, je fais demi tour. De retour, certains sont déjà en tenue de peau. Je me déshabille aussi, je suis toujours étonné par le fait qu’une fois nu on n’a pas plus froid. Au bout de 800m, on quitte la piste pour prendre un petit sentier parsemé de pins, de chênes vert, de romarins et autres arbustes piquants. Le terrain est tellement aride que la végétation reste de petite taille. Le sentier est maintenant à l’abri du vent. Il serpente de vallons en collines. On passe le vallon des Rampes puis le vallon de la Fenêtre puis le col de la Fenêtre. La vue est magnifique. On aperçoit au loin les falaises Soubeyranes de 400m de hauteur, qui surplombent la mer. Derrière nous le cirque des Péletins. Au col de la Fenêtre le vent semble plus fort qu’au départ mais nous arrivons toujours à rester en tenue de peau.IMG_0358.JPG Passé le col, le sentier descend vers le vallon de l’Oule, où on se retrouve de nouveau à l’abri du vent. Bruno nous invite à faire la pause déjeuner ici parce que plus loin il n’y aura plus beaucoup d’endroit aussi bien exposé au soleil et sans vent. Daniel nous a apporté une bouteille de vin que nous avons dégustée tous ensemble. Après le déjeuner, on repart vers le vallon des Chaudronniers, jusque-là nous n’avons rencontré personne, mais à l’approche des falaises du Devenson nous croisons un groupe de six personnes hommes et femmes, bonjour, bonjour mais un peu surpris de croiser des personnes nues par ce temps de mistral. Nous arrivons au col du Devenson. Là encore, nous croisons plusieurs groupes de personnes. Certains sont surpris et d’autres gênés mais aucun ne fera de réflexion désagréable. Maintenant nous sommes à la verticale de l’îlot du Dromadaire, à l’Est la vue est splendide sur les calanques du Devenson , de Eissadon  et de l’Oule. A l’ouest sur les calanques de Sugiton, de Morgiou et du cap Morgiou. Le vent souffle de plus en plus fort, je commence à avoir froid aux mains mais tout le groupe ou presque reste nu. Nous croisons de plus en plus de monde, de plus en plus surpris de trouver des personnes nues par un vent pareil. Dans une partie étroite et vertigineuse du chemin, nous nous trouvons face à deux femmes qui, surprises, nous demandent si nous sommes un club et si nous avons fait un voeu pour être dans cette tenue. Elles nous demandent si on n’a pas froid parce que, elles, sont gelées. On leur répond avec humour de se mettre comme nous pour ne pas avoir froid. Le sentier suit la falaise quelques temps puis monte vers une crête faite de blocs verticaux. Le vent est de plus en plus fort. Le sentier passe entre deux blocs énormes où des marches sont taillées dans la roche. A la sortie du passage, le vent est tellement fort que l’on a du mal à rester debout. Le sentier monte légèrement et au bout de 200m, là devant nous un puits avec de l’eau fraîche et potable, à 480m d’altitude, au point le plus haut de notre promenuade. Nous voilà maintenant sur un chemin large qui suit la crête de l’Estret. Le vent souffle de plus en plus fort, certains se sont rhabillés mais quatre irréductibles résistent toujours. Nous marchons d’un pas rapide pour nous réchauffer un peu. En face de nous se dresse la Muraille de Chine, le Mont Carpiane et sur la gauche on aperçoit Marseille. Nous arrivons au parking vers 16h00. Une fois habillés, et comme nous ne faisons plus d’efforts, nous commençons à avoir froid. Nous avons fait 12 km et passé cinq heures nus, repas compris, et avons rencontré une trentaine de personnes habillées.

Merci à Bruno pour cette randonnue magnifique.

JP Guido

Site du portail naturiste francophone VivreNu.com  : blognaturiste.com  rencontres-naturistes.com   lenaturisme   Achat Vidéos VivreNu   Régie Pub Naturiste   nudismlife.com   videosgags.fr   tousnus.fr   photos naturistes   Revues Naturistes Vintage   Randonue   Plages Naturistes   Cyclonudistes   tv-naturiste